Je n'en puis plus

Publié le par Delphine la bacotte

Une fois encore ça m’apprendra à écouter les augures, en l’occurrence le Dr Wagner, ma ci-devant gynéco : « Oh vous n’irez sûrement pas à terme ». Ben tiens. On est à J-4, je suis continuellement sur le qui-vive, à guetter le moindre signe avant-coureur. Mais, mis à part le fait que je deviens à peu  près aussi mobile que Jabba The Hut, que j’ai mal partout, que j’ai des contractions assez fréquentes et assez longues, rien ne se passe. Cet enfant n’a plus de place du tout (mon Dieu, faites qu’il ne soit pas plus gros que son frère), mais il n’a visiblement pas encore compris où se trouve la sortie, pourtant il se débat , le bougre…

 

J’appréhende d’aller me coucher, parce que :

  • j’ai pas envie que ça se passe en pleine nuit, je trouve ça glauque
  • je dors mal : 1/4 d’heure pour me mettre au lit : positionner le coussin de grossesse dans le lit, m’allonger, positionner le coussin entre mes jambes et sous mon ventre, le tout sans réveiller le futur papa qui ronfle (il s’est couché à 21h30 pour ne pas être trop crevé en cas d’alerte nocturne) ; réveil toutes les heures, ¼ d’heure pour changer de position, quand ce n’est pas Bebus 1er qui appelle pour qu’on récupère la tétine tombée sous-le-lit-contre-le-mur, d’où contorsions variées de Carlossette comme m’appelle mon amoureux pour tenter de récupérer la chose, sous les ronflements redoublés dans la chambre d’à côté….

 

Et le jour je me traîne de plus en plus, tout juste bonne à engouffrer des quantités astronomiques de nourriture…

 

Vous parlez d’un tableau glamour. Non, il serait vraiment temps, là.

 

Et puis surtout… ON A HATE DE LE VOIR !!!

 

 

Publié dans Je - cette inconnue

Commenter cet article

Béa 30/03/2008 13:15

Courage Delf, tu n'as jamais été aussi près du but...!